×

"Notre tâche (ou bien tout le reste sera pure statistique et affaire d’ordinateur) est de travailler à la différence." Heiner Müller

Vous êtes sur le Blog du Théâtre Océan Nord.
Ce dernier vous fera découvrir la vie interne du théâtre, ses secrets, ce que vous ne verrez nulle part ailleurs !
N’hésitez pas à nous laisser des commentaires, cette plate-forme est interactive :-)

  • Voir les autres articles de la rubrique 2016 / 2017
  • La Musica Deuxième

    de MARGUERITE DURAS

    Une mise en scène de Guillemette Laurent

    07 > 18 mars

    Représentations à 20h30 sauf mercredis à 19h30.
    Matinée théâtrale le jeudi 09 mars à 13h30, pas de représentation en soirée à cette date.
    Relâche le dimanche et le lundi.



    Une femme. Un homme. Ces deux-là se sont aimés, ont formé un couple. Le temps, ses affres et ses tentations ont suivi leurs pas, jusqu’à les perdre et les faire choir. Elle, Anne-Marie, a voulu le suicide, lui, Michel, le meurtre. Puis, ils se sont séparés. C’était avant-hier. C’était hier. La Musica Deuxième raconte la danse de l’amour et du temps qui passe. C’est un spectacle autour de deux acteurs, Catherine Salée et Yoann Blanc.
    Il s’agira de raconter à travers la désespérance, mais aussi l’humour, que ces deux personnages sont les héros quasi mythiques d’une histoire qui est celle de tous : l’amour et la souffrance n’étant l’apanage de personne.






    A propos de La Musica Deuxième

    Ce spectacle pour deux acteurs parle du temps. La Musica Deuxième raconte la danse de l’amour et du temps qui passe. Et pour l’acteur qui, au théâtre, a le pouvoir du temps, ce texte apparaît comme une véritable partition. L’affrontement amoureux de ces deux êtres, que sont Anne-Marie Roche et Michel Nollet – interprété par Catherine Salée et Yoann Blanc –, est rythmé d’abord par la langue de Marguerite Duras, ses contrastes, silences et accélérations, ses chevauchements et balbutiements, ensuite par la musique qui habitera la scène, un univers musical hétéroclite issu d’époques différentes, de mondes variés. Car il s’agira de raconter que ces deux personnages ne sont pas seulement les dignes représentants d’une bourgeoisie française, mais les héros quasi mythiques d’une histoire qui est celle de tous : l’amour et la souffrance n’étant l’apanage de personne. Nous irons de l’ordinaire vers le mythe. Michel et Anne-Marie seront tout un chacun. Peut-être un petit peu plus élégants ? Peut-être un petit peu démodés ? Une sensation de légère altérité qui ira grandissante. Les spectateurs seront les témoins d’une intimité profonde, ceux aussi d’une extériorisation à outrance de la relation amoureuse. Tantôt du côté de l’un, tantôt du côté de l’autre. Complice à chaque réplique, le public aura l’impression que la pièce se joue, se rejoue avec lui, à trois, comme dans tous les bons vaudeville. Il s’agira de faire entendre les ruptures stylistiques, assumer l’attirance pour les romans à l’eau de rose, et traquer la violence sourde des mots de Duras. Jouer de la rupture, du contraste. Peu à peu, le mélo fera cependant place à la tragédie, à la profondeur des sentiments : les deux protagonistes basculant, au fur et à mesure du texte, vers la mort. Nous les laisserons vidés, anéantis par l’impossibilité de leur relation, autant que par l’impossibilité de leur rupture.

    Guillemette Laurent

    Mais cette fois-ci, (...) ils parlent aussi dans la deuxième partie de la nuit, celle tournée vers le jour. (...) Avec le jour, inéluctable, la fin de l’histoire surviendra. C’est avant ce lever du jour les derniers instants de leurs dernières heures. Est-ce toujours terrible ? Toujours.
    Marguerite Duras

    L'équipe
    L'équipe
    Marguerite Duras, Guillemette Laurent et Le Colonel Astral
    Les à-côtés
    Les images
    La presse

    Avec Yoann Blanc et Catherine Salée
    Lumières Julie Petit-Etienne
    Scénographie et Costumes Christine Grégoire et Nicolas Mouzet-Tagawa

    Marguerite Duras

    Marguerite Duras — nom de plume de Marguerite Donnadieu — est une écrivaine, dramaturge, scénariste et réalisatrice française, née le 4 avril 1914 à Gia Dịnh (près de Saïgon), alors en Indochine française et morte le 3 mars 1996 à Paris.

    Par la diversité et la modernité de son œuvre, qui renouvelle le genre romanesque et bouscule les conventions théâtrales et cinématographiques, elle est une auteure importante de la seconde moitié du xxe siècle, quelles que soient les critiques qui aient pu être adressées à ses œuvres.

    En 1950, elle est révélée par un roman d’inspiration autobiographique, Un barrage contre le Pacifique. Associée, dans un premier temps, au mouvement du Nouveau Roman, elle publie ensuite régulièrement des romans qui font connaître sa voix particulière avec la déstructuration des phrases, des personnages, de l’action et du temps, et ses thèmes comme l’attente, l’amour, la sensualité féminine ou l’alcool : Moderato cantabile (1958), Le Ravissement de Lol V. Stein (1964), Le Vice-Consul (1966), La Maladie de la mort (1982), Yann Andréa Steiner (1992), dédié à son dernier compagnon Yann Andréa — qui, après sa mort, deviendra son exécuteur littéraire — ou encore Écrire (1993).

    Elle rencontre un immense succès public avec L’Amant, prix Goncourt en 1984, autofiction sur les expériences sexuelles et amoureuses de son adolescence dans l’Indochine des années 1930, qu’elle réécrira en 1991 sous le titre de L’Amant de la Chine du Nord.

    Elle écrit aussi pour le théâtre, souvent des adaptations de ses romans comme Le Square paru en 1955 et représenté en 1957, ainsi que de nouvelles pièces, telle Savannah Bay en 1982, et pour le cinéma : elle écrit en 1959 le scénario et les dialogues du film Hiroshima mon amour d’Alain Resnais, qui lui vaut d’être nommée pour l’Oscar du meilleur scénario original à la 33e cérémonie des Oscars et dont elle publie la transcription en 1960. Elle réalise elle-même des films originaux comme India Song, en 1975, avec Delphine Seyrig, Le Camion, en 1977, avec Gérard Depardieu, ou encore Les Enfants, en 1985, avec Daniel Gélin.

    Guillemette Laurent

    Diplômée de L’INSAS.
    Elle est régulièrement l’assistante d’Isabelle Pousseur.
    En tant que metteur en scène, elle a monté Au Bois Lacté de Dylan Thomas comme travail de fin d’étude à l’Insas, puis Blanche Aurore Céleste de Noëlle Renaud, Mara/violaine d’après L’annonce faite à Marie de P. Claudel, Bartelby d’après Meville, Le Fond des Mers spectacle autour des 12 dernières pièces d’Ibsen, Théâtre de Chambre de Michel Vinaver spectacle de fin d’études du conservatoire de Mons.
    En tant que directrice d’acteur / regard extérieur, elle a participé à La nuit juste avant les forêts un projet d’Amid Chakhir, Notre besoin de consolation un projet de Pedro Cabanas, Nasha Moskva un projet d’Estelle Franco, Francesco Italiano et Marie Bos.
    Elle a enseigné au Conservatoire de Mons, et a animé de nombreux ateliers pour acteurs amateurs.

    Le Colonel Astral

    Le Colonel Astral a été fondé par Marie Bos, Estelle Franco, Francesco Italiano et Guillemette Laurent lors de la création de Nasha Moskva qui eut lieu en 2015 et dont le travail commença en 2012 en Italie. Le désir du collectif était alors de travailler sur Les Trois Sœurs de Tchékhov et nous nous étions réunis là pour une première analyse de l’œuvre. A Volterra, la visite d’un hôpital psychiatrique abandonné fût le révélateur de la manière dont nous voulions procéder. Ce que cet endroit dégageait a directement et profondément fait écho à notre lecture des Trois Sœurs.
    Nous avons alors compris que ce qui compte pour nous n’est pas tant de monter une œuvre dans le respect textuel et narratif de celle-ci que de représenter l’effet qu’elle produit sur l’inconscient, de mettre en jeu sur le plateau les associations libres générées par le texte en chacun de nous.
    Sur les murs de la cour intérieur de l’hôpital de Volterra, l’un des détenus Fernando Oreste Nannetti, pendant des années, a gravé quotidiennement son journal. Ce journal relate la correspondance qu’il entretenait avec les astres. Nannetti se nommait lui-même le Colonel Astral.
    Le Colonel Astral revendique un théâtre où le jeu de l’acteur constitue l’essence de la représentation. Acteur-metteur en scène, acteur-dramaturge, acteur-scénographe, acteur-éclairagiste : l’essentiel du travail consiste à décloisonner les postes pour permettre une maîtrise totale de la représentation à ceux qui occupent le plateau. Parallèlement, les autres collaborateurs (créateur lumière, scénographe, créateur son) participent pleinement à l’ensemble du processus de travail.
    L’écriture scénique, qui résulte de la mise en résonance de matériaux différents voire divergents, où le jeu s’affranchit des codes, entretient un trouble constant entre fiction et réalité, temps présent et temps de la narration, être « soi-même » et être « un autre »...
    La recherche de l’irrégularité narrative, formelle et dramaturgique. Le Colonel Astral nous permet de créer une esthétique du renouvellement permanent, calqué sur le mode de fonctionnement de l’inconscient. La question du présent partagé est essentielle : rien n’est définitivement fixé dans la représentation, celle-ci se module selon l’échange particulier et toujours renouvelé avec les spectateurs, laissant la porte ouverte à une part d’improvisation.

    *** Matinée théâtrale le jeudi 9 mars à 13h30
    Pour les groupes et spectateurs qui le souhaitent, cette représentation sera précédée d’un repas (sur réservation) à 12h30 et suivie d’une rencontre conviviale avec l’équipe artistique du spectacle.

    *** Rencontre après-spectacle
    Une rencontre conviviale entre l’équipe artistique du spectacle et le public est prévue à l’issue des représentations des mercredis 8 et 15 mars, ainsi qu’après la matinée théâtrale. Ces rencontres sont l’occasion de poser toutes vos questions aux artistes et de prolonger ensemble la réflexion.

    *** Animation préparatoire
    La responsable du public scolaire et associatif propose de venir présenter le spectacle dans les classes et associations qui le demandent. En fonction de leur disponibilité, les artistes l’accompagneront. Exploration des thématiques et des personnages du spectacle, discussions et échanges seront au programme… Une manière vivante de se préparer à la représentation !

    *** Parcours spectacle
    Pour les classes de 5e, 6e et 7e humanités qui le souhaitent, deux ateliers (de 2x50 min.) très différents proposés pour accompagner le spectacle. L’un, mêlant débats et jeux scéniques pour interroger un monde défini socialement (le sien ? un autre ?) : comment cela se traduit-il dans la littérature dramatique et sur un plateau de théâtre ? L’autre pour découvrir un métier, celui de créateur lumière au théâtre : comment se construit l’éclairage d’un spectacle, quels sont les règles, le matériel, les enjeux artistiques, etc. ?
    Le premier atelier se déroule dans les classes, le second au Théâtre Océan Nord ; les horaires seront à convenir ensemble. Une même classe peut bénéficier des deux ateliers ou n’en choisir qu’un seul.
    Avec le soutien du Programme d’initiation au théâtre et à la danse de la COCOF
    Durée du spectacle : 1h00
    ***Dossier pédagogique :

    PDF - 1.3 Mo

    Contact : Wendy Mottola et Daphné Ansiaux - 02 242 96 89 - contact oceannord.org

    L'équipe

    Avec Yoann Blanc et Catherine Salée
    Lumières Julie Petit-Etienne
    Scénographie et Costumes Christine Grégoire et Nicolas Mouzet-Tagawa

    Marguerite Duras, Guillemette Laurent et Le Colonel Astral

    Marguerite Duras

    Marguerite Duras — nom de plume de Marguerite Donnadieu — est une écrivaine, dramaturge, scénariste et réalisatrice française, née le 4 avril 1914 à Gia Dịnh (près de Saïgon), alors en Indochine française et morte le 3 mars 1996 à Paris.

    Par la diversité et la modernité de son œuvre, qui renouvelle le genre romanesque et bouscule les conventions théâtrales et cinématographiques, elle est une auteure importante de la seconde moitié du xxe siècle, quelles que soient les critiques qui aient pu être adressées à ses œuvres.

    En 1950, elle est révélée par un roman d’inspiration autobiographique, Un barrage contre le Pacifique. Associée, dans un premier temps, au mouvement du Nouveau Roman, elle publie ensuite régulièrement des romans qui font connaître sa voix particulière avec la déstructuration des phrases, des personnages, de l’action et du temps, et ses thèmes comme l’attente, l’amour, la sensualité féminine ou l’alcool : Moderato cantabile (1958), Le Ravissement de Lol V. Stein (1964), Le Vice-Consul (1966), La Maladie de la mort (1982), Yann Andréa Steiner (1992), dédié à son dernier compagnon Yann Andréa — qui, après sa mort, deviendra son exécuteur littéraire — ou encore Écrire (1993).

    Elle rencontre un immense succès public avec L’Amant, prix Goncourt en 1984, autofiction sur les expériences sexuelles et amoureuses de son adolescence dans l’Indochine des années 1930, qu’elle réécrira en 1991 sous le titre de L’Amant de la Chine du Nord.

    Elle écrit aussi pour le théâtre, souvent des adaptations de ses romans comme Le Square paru en 1955 et représenté en 1957, ainsi que de nouvelles pièces, telle Savannah Bay en 1982, et pour le cinéma : elle écrit en 1959 le scénario et les dialogues du film Hiroshima mon amour d’Alain Resnais, qui lui vaut d’être nommée pour l’Oscar du meilleur scénario original à la 33e cérémonie des Oscars et dont elle publie la transcription en 1960. Elle réalise elle-même des films originaux comme India Song, en 1975, avec Delphine Seyrig, Le Camion, en 1977, avec Gérard Depardieu, ou encore Les Enfants, en 1985, avec Daniel Gélin.

    Guillemette Laurent

    Diplômée de L’INSAS.
    Elle est régulièrement l’assistante d’Isabelle Pousseur.
    En tant que metteur en scène, elle a monté Au Bois Lacté de Dylan Thomas comme travail de fin d’étude à l’Insas, puis Blanche Aurore Céleste de Noëlle Renaud, Mara/violaine d’après L’annonce faite à Marie de P. Claudel, Bartelby d’après Meville, Le Fond des Mers spectacle autour des 12 dernières pièces d’Ibsen, Théâtre de Chambre de Michel Vinaver spectacle de fin d’études du conservatoire de Mons.
    En tant que directrice d’acteur / regard extérieur, elle a participé à La nuit juste avant les forêts un projet d’Amid Chakhir, Notre besoin de consolation un projet de Pedro Cabanas, Nasha Moskva un projet d’Estelle Franco, Francesco Italiano et Marie Bos.
    Elle a enseigné au Conservatoire de Mons, et a animé de nombreux ateliers pour acteurs amateurs.

    Le Colonel Astral

    Le Colonel Astral a été fondé par Marie Bos, Estelle Franco, Francesco Italiano et Guillemette Laurent lors de la création de Nasha Moskva qui eut lieu en 2015 et dont le travail commença en 2012 en Italie. Le désir du collectif était alors de travailler sur Les Trois Sœurs de Tchékhov et nous nous étions réunis là pour une première analyse de l’œuvre. A Volterra, la visite d’un hôpital psychiatrique abandonné fût le révélateur de la manière dont nous voulions procéder. Ce que cet endroit dégageait a directement et profondément fait écho à notre lecture des Trois Sœurs.
    Nous avons alors compris que ce qui compte pour nous n’est pas tant de monter une œuvre dans le respect textuel et narratif de celle-ci que de représenter l’effet qu’elle produit sur l’inconscient, de mettre en jeu sur le plateau les associations libres générées par le texte en chacun de nous.
    Sur les murs de la cour intérieur de l’hôpital de Volterra, l’un des détenus Fernando Oreste Nannetti, pendant des années, a gravé quotidiennement son journal. Ce journal relate la correspondance qu’il entretenait avec les astres. Nannetti se nommait lui-même le Colonel Astral.
    Le Colonel Astral revendique un théâtre où le jeu de l’acteur constitue l’essence de la représentation. Acteur-metteur en scène, acteur-dramaturge, acteur-scénographe, acteur-éclairagiste : l’essentiel du travail consiste à décloisonner les postes pour permettre une maîtrise totale de la représentation à ceux qui occupent le plateau. Parallèlement, les autres collaborateurs (créateur lumière, scénographe, créateur son) participent pleinement à l’ensemble du processus de travail.
    L’écriture scénique, qui résulte de la mise en résonance de matériaux différents voire divergents, où le jeu s’affranchit des codes, entretient un trouble constant entre fiction et réalité, temps présent et temps de la narration, être « soi-même » et être « un autre »...
    La recherche de l’irrégularité narrative, formelle et dramaturgique. Le Colonel Astral nous permet de créer une esthétique du renouvellement permanent, calqué sur le mode de fonctionnement de l’inconscient. La question du présent partagé est essentielle : rien n’est définitivement fixé dans la représentation, celle-ci se module selon l’échange particulier et toujours renouvelé avec les spectateurs, laissant la porte ouverte à une part d’improvisation.

    Les à-côtés

    *** Matinée théâtrale le jeudi 9 mars à 13h30
    Pour les groupes et spectateurs qui le souhaitent, cette représentation sera précédée d’un repas (sur réservation) à 12h30 et suivie d’une rencontre conviviale avec l’équipe artistique du spectacle.

    *** Rencontre après-spectacle
    Une rencontre conviviale entre l’équipe artistique du spectacle et le public est prévue à l’issue des représentations des mercredis 8 et 15 mars, ainsi qu’après la matinée théâtrale. Ces rencontres sont l’occasion de poser toutes vos questions aux artistes et de prolonger ensemble la réflexion.

    *** Animation préparatoire
    La responsable du public scolaire et associatif propose de venir présenter le spectacle dans les classes et associations qui le demandent. En fonction de leur disponibilité, les artistes l’accompagneront. Exploration des thématiques et des personnages du spectacle, discussions et échanges seront au programme… Une manière vivante de se préparer à la représentation !

    *** Parcours spectacle
    Pour les classes de 5e, 6e et 7e humanités qui le souhaitent, deux ateliers (de 2x50 min.) très différents proposés pour accompagner le spectacle. L’un, mêlant débats et jeux scéniques pour interroger un monde défini socialement (le sien ? un autre ?) : comment cela se traduit-il dans la littérature dramatique et sur un plateau de théâtre ? L’autre pour découvrir un métier, celui de créateur lumière au théâtre : comment se construit l’éclairage d’un spectacle, quels sont les règles, le matériel, les enjeux artistiques, etc. ?
    Le premier atelier se déroule dans les classes, le second au Théâtre Océan Nord ; les horaires seront à convenir ensemble. Une même classe peut bénéficier des deux ateliers ou n’en choisir qu’un seul.
    Avec le soutien du Programme d’initiation au théâtre et à la danse de la COCOF
    Durée du spectacle : 1h00
    ***Dossier pédagogique :

    PDF - 1.3 Mo

    Contact : Wendy Mottola et Daphné Ansiaux - 02 242 96 89 - contact oceannord.org

    Images
    La presse

    Une coproduction de la Compagnie Le Colonel Astral et du Théâtre Océan Nord. Un accueil en résidence du Théâtre Océan Nord.

    Nouvelles

    CONFERENCE DE PRESSE sur l’avenir du Théâtre Océan Nord - lundi 24 à 11h.
    Le Théâtre Océan Nord a organisé une conférence de presse lors de laquelle il a rendu compte de sa situation actuelle et présenté les grandes lignes de son dossier de demande de renouvellement de contrat-programme.
    Nous sommes très heureux d’avoir pu vous compter (et vous étiez nombreux !) parmi nous en ce lundi 24 avril. Isabelle Pousseur, des membres du Conseil d’administration et certains artistes, ont expliqué concrètement les enjeux de ce qui se présente comme un tournant essentiel dans l’histoire de notre théâtre. Vous trouverez bientôt ici et sur notre page facebook la captation de cet événement ainsi que d’autres retours. Merci encore à vous d’être venus nous écouter et soutenir notre projet.

    Les 20 et 21 mai prochains aura lieu le week-end GRAINS DE FOLIE !!!
    Le Théâtre Océan Nord entretient depuis toujours des liens avec les questions de santé mentale, tant dans le travail de création théâtral que par les relations nouées avec de nombreuses associations dédiées à ces questions. Ce week-end, dont la programmation est en cours, comptera, entre autres, quatre événements : la reprise de la fiction documentaire sonore Les Petits Princes de Brice Cannavo avec les jeunes et le personnel de La Porte Ouverte de Blicquy, les spectacles Carte d’identité du Créahm de Liège et Rencontres et moi du Créahm de Bruxelles. Le weekend se clôturera en musique, avec un concert de la schaerbeekoise Chorale Van de Trinette.
    Le programme complet sera très prochainement visible ici !
    Retrouvons-nous en mai !

    Découvrez ici les vidéos des stages de Carnaval et de Pâques MA MAISON AMBULANTE, stage de théâtre à destination d’enfants du quartier en partenariat avec les Amis d’Aladdin.

    Le JOURNAL 76 d’Océan Nord est en ligne ! Retrouvez l’interview et le portrait de Jean-Baptiste Delcourt par Laurent Ancion, un nouvel édito signé par Isabelle Pousseur et Christian Machiels sur l’avenir du Théâtre Océan Nord, entre autres nouvelles, ici !

    Si vous ne les avez pas encore lus, le JOURNAL 75 et le JOURNAL 74 sont disponibles sur les liens.

    L’AVENIR DES ARTS DE LA SCENE. Réécoutez Isabelle Pousseur, Estelle Spoto et Jean-Michel Van den Eeyden répondre à Fabienne Vande Meerssche dans le Forum de Midi Première du 12 décembre dernier.

    Découvrez la RENCONTRE-DEBAT AVEC LES REPRESENTANTS DES PARTIS POLITIQUES : Ecolo, MR, PS, PTB et CDH, dans le cadre des rencontres après spectacle de la série de L’Absence de guerre de David Hare, mise en scène d’Olivier Boudon. Enregistrée le 26 octobre 2016 et visible sur notre page facebook.

    Un nouvel ATELIER-THEATRE pour amateurs de tous âges a commencé au Théâtre Océan Nord en novembre 2016 !! Cliquez sur le lien pour en savoir plus !

    • Théâtre Océan Nord
    • Rue Vandeweyer 63
    • Schaerbeek
    • Bruxelles, 1030
    • Reservation: 02/2167555
    • Administration: 02/2429689
    • Tarif plein: 12 euros
    • Tarif réduit (chômeur, sénior): 7,5
    • Tarif hyper réduit : 5 euros
    • Participation à Article 27 et Arscène 50
    PNG - 4.5 ko

    Le Théâtre Océan Nord est subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles- Service du Théâtre. Il reçoit en outre l’aide de la COCOF - Service de la Culture

    Newsletter

    ×